Dossier de Presse Paris

(télécharger la version PDF mise en forme avec images)

 

Démocratie Réelle Maintenant, les Indigné-e-s !

 

Sommaire

Qui sommes-nous ? Notre Manifeste !……………………………………………………………………. 2

L’originalité, les particularités du mouvement………………………………………………………… 3

Les exigences minimales définies à Barcelone……………………………………………………… 5

Contexte international : des Révolutions démocratiques………………………………………. 7

Nos actions en marche(s) et à venir………………………………………………………………………… 8

Temps forts du mouvement Démocratie Réelle Paris……………………………………………. 9

Un encerclement répressif constant……………………………………………………………………… 10

Revue de presse……………………………………………………………………………………………………… 12

Contacts…………………………………………………………………………………………………………………… 15

 

Qui sommes-nous ? Notre manifeste !

 

Le Manifeste des Indigné-e-s le dit très clairement : « Pour une démocratie réelle, ici et maintenant ! ». Défini à Barcelone en vue de la rencontre avec Lisbonne, ce manifeste s’inscrit dans le cadre d’un mouvement international.

« Nous sommes des personnes simples et ordinaires. Nous sommes comme toi. Des gens qui se lèvent chaque matin pour étudier, pour travailler ou pour chercher du boulot ; des gens qui ont une famille et des amis. Des gens qui travaillent dur tous les jours pour vivre et offrir un meilleur futur à ceux qui les entourent.

Parmi nous, certains se considèrent progressistes, d’autres plutôt conservateurs. Certains sont croyants, d’autres pas. Certains ont des idéologies affirmées, d’autres sont apolitiques. Mais nous sommes tous préoccupés et Indigné-e-s par la situation politique, économique et sociale actuelle. Par la corruption des politiciens, des patrons, des banquiers… qui nous laissent impuissants et sans voix.

Cette situation nous fait souffrir au quotidien ; mais si nous nous unissons nous pouvons la modifier. C’est le moment de nous mettre en marche pour bâtir ensemble une société meilleure. Pour ce faire, nous soutenons fermement que :

  • Les priorités de toute société développée doivent être l’égalité, le progrès, la solidarité, le libre accès à la culture, le développement durable et le bien-être des personnes.
  • Il existe des droits fondamentaux que la société a le devoir de garantir : le droit au logement, au travail, à la culture, à la santé, à l’éducation, à l’engagement politique, à l’épanouissement personnel et le droit à l’accès aux biens nécessaires à une vie saine et heureuse.
  • Le fonctionnement actuel de notre système politique et gouvernemental ne répond pas à ces priorités et il devient un obstacle pour le progrès de l’humanité.
  • La démocratie, par essence, émane et appartient au peuple, mais, dans ce pays, la majorité de la classe politique ne lui prête pas attention. Le rôle des politiciens devrait être de faire entendre nos voix aux institutions, en facilitant la participation politique des citoyens grâce à des voies de démocratie directe pour le bénéfice de l’ensemble de la société. Et non celle de s’enrichir et prospérer à nos dépens, en se pliant aux exigences des pouvoirs économiques et s’accrochant au pouvoir par la dictature partitocratique.
  • La soif de pouvoir et son accumulation entre les mains de quelques-uns créent inégalités, tensions et injustices, ce qui mène à la violence et que nous refusons. Le modèle économique en vigueur, obsolète et antinaturel, coince le système social dans une spirale qui se consomme par elle-même en enrichissant une minorité et en plongeant les autres dans la pauvreté. Jusqu’à l’effondrement.
  • L’accumulation d’argent est la finalité du système, sans prendre en considération le bien-être de la société et de ceux qui la composent ; gaspillant nos ressources, détruisant la planète, générant du chômage et des consommateurs frustrés.

  • Nous sommes les rouages d’une machine destinée à enrichir une minorité qui ne sait plus reconnaître nos besoins. Nous sommes des citoyens anonymes, mais sans nous rien ne serait possible car nous faisons tourner le monde.
  • Nous ne devons plus placer notre confiance en une économie qui ne tourne jamais à notre avantage. Il nous faut éliminer les abus et les carences que nous endurons tous.
  • Nous avons besoin d’une révolution éthique. L’argent ne doit plus être au-dessus tout, mais simplement à notre service. Nous sommes des êtres humains, pas des marchandises. Je ne suis pas le produit de ce que j’achète, pourquoi je l’achète et à qui je l’achète.

Pour toutes ces raisons, je suis indigné-e-.

Je crois que je peux changer les choses.

Je crois que je peux aider.

Je sais que tous ensemble nous le pouvons.

Il ne tient qu’à toi de nous rejoindre. »

 

L’originalité, les particularités du mouvement…

Auto-organisé, apartidaire, asyndical, égalitaire, humaniste et pacifique

Il procède d’une énergie collective et spontanée.

Il est né spontanément dans le cœur de citoyens du monde stupéfaits par les conditions de vie et de travail, les graves atteintes à la dignité humaine, aux Droits de l’Homme et à l’environnement. Son essence est donc la stupeur face à la domination brutale du monde par une minorité aveugle, sans éthique, sans respect de l’humanité, ni de la terre qui la porte.

Comme si les citoyens, ensemble se réveillaient en s’écriant :

« Ce n’est pas possible ! Je rêve !

Il faut que ce cauchemar s’arrête !

Je vais faire quelque chose, je ne peux plus laisser faire ! »

Il est nourri par une vague d’espoir citoyen, partout dans le monde.

« Just do it ! » proposait une marque célèbre faisant travailler des enfants dans des Zones Franches Industrielles.

Eh bien d’accord ! « We can do it ! ». Tunisiens, égyptiens, islandais, portugais, espagnols et beaucoup d’autres citoyens à travers le monde ont montré que ce rêve peut devenir réalité. Cette indignation citoyenne devient la base d’un projet de démocratie réelle où les peuples veulent reprendre les rênes du pouvoir.

Penser autrement, ensemble ; recréer le monde en prenant la place.

Ce mouvement permet l’élaboration et l’expression d’une pensée collective qui a été trop longtemps  étouffée. Il offre aussi un cadre d’action pour mettre en œuvre une amélioration de notre démocratie.

Ensemble, sur la place publique, là où il n’y a pas de murs, nous générons des débats où chacun-e d’entre nous peut s’exprimer, puis nous les approfondissons dans des groupes de travail dans lesquels personne n’a un pouvoir supérieur ou plus durable que les autres. Les référent-e-s, les coordinateur-trice-s, organisateur-trice-s sont volontaires et ont des mandats courts et non renouvelables : c’est cela la véritable démocratie… C’est ainsi que nous repensons les problèmes sociaux et économiques, que nous construisons une nouvelle pensée collective qui se libère des « évidences naturelles » que l’on veut nous imposer, et que nous préparons nos actions  et revendications.

Oui, l’économie ne se limite pas à la finance ni à la création monétaire ! Oui, l’Humain peut être ramené au cœur de l’économie ! Oui, la dérégulation des échanges, la privatisation des services publics, la libre circulation de l’argent, l’interdiction aux banques centrales de créer de la monnaie scripturale, l’inanité d’un débat sur les énergies, la marchandisation du vivant ne sont pas inéluctables… Un autre monde est possible, plus humain, plus solidaire, plus égalitaire, plus convivial si ensemble, nous reprenons un pouvoir aujourd’hui fermement confisqué par les décideurs du monde de la finance, des grandes entreprises et des pouvoirs dictatoriaux et oligarchiques.

Se réunir et s’assembler ; partager et être solidaire ; connaître et décider

Le débat public, la recherche de consensus, les échanges de savoirs et savoir-faire recréent une pensée originale, contemporaine et humaniste. Un véritable lien social se retisse sur la place publique, sur l’Agora. Ce mouvement accueille tous les citoyens qui veulent construire une vraie démocratie.

Nous nous rassemblons en donnant la parole à toutes et à tous, quelle que soit leur condition sociale, leur âge ou leur statut et leurs activités, dès lors qu’ils parlent en leur nom, et pas en celui d’un parti politique, d’un syndicat ou d’une organisation particulière.

Nous repensons notre monde, pas à pas, consensuellement, et nous le faisons savoir de façon non violente.

Ceux qui sentent qu’il est urgent de redonner du sens au mot démocratie viennent peu à peu nous rejoindre, apprendre de nous ce qu’ils ne savent pas, nous apprendre ce qu’ils savent, ouvrir ensemble le champ des possibles, que nous tentons avec enthousiasme de construire ensemble.

Notre processus est lent, patient, intelligent ; nous n’avons aucun objectif de rentabilité, nous ne sommes pas une entreprise devant satisfaire le marché.

Nous avons néanmoins un objectif tangible et réalisable, celui d’instaurer, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité une véritable démocratie, respectueuse des fondamentaux de la démocratie athénienne, mais ouverte à toutes et à tous et adaptée aux réalités contemporaines.

Et si nous disons Démocratie réelle, Maintenant ! C’est qu’il nous faut aller ensemble, aussi vite que possible !

Sans démocratie, rien n’est possible. Nous sommes convaincu-e-s que personne mieux que nous-mêmes ne fera ce qui nous est bénéfique et nécessaire.

Nous qui travaillons, étudions, chômons, rêvons… ne laissons à personne d’autre le soin d’agir, penser et décider à notre place.

 

Les Exigences minimales définies à Barcelone

Elles ont servi de base aux discussions de la rencontre internationale des Indigné-e-s de Lisbonne. Pour un Réel Traité de Lisbonne, le 9 juillet 2011. Dans l’intention d’ajouter à ce document d’autres éléments plus concrets et spécialisés, plusieurs sous-commissions de contenus ont été créées.

« Nous sommes en train de changer le monde. Complètement. Pendant ce temps, les hommes politiques qui ne nous représentent plus restent à leur place et légifèrent sur nos vies. C’est pourquoi nous vous écrivons quelques mesures qu’ils pourront comprendre facilement et dont nous souhaitons l’immédiate application. Attention ! Il s’agit d’un document de minima, mais en réalité, ce que nous voulons est beaucoup plus grand, quelque chose qu’ils ne comprendront peut-être jamais. »

  1. FIN DES PRIVILÈGES DES ELU-E-S, EN COMMENÇANT PAR BARCELONE : – Réduction drastique du salaire des élu-e-s, en les ramenant au niveau du salaire moyen au sein de la population.
    - Suppression des privilèges dans le paiement des impôts, indemnités, années de cotisation et retraites (rien que pour Barcelone l’économie serait d’un demi-million d’euros par mois au minimum).
    - Interdiction pour les élu-e-s d’avoir des retraites supérieures aux retraites maximum établies pour le reste des citoyen-n-es.
    - Suppression de leur immunité juridique et de la prescription pour les affaires de corruption, ajout de la révocation des élu-e-s corrompu-e-s.
  1. FIN DES PRIVILÈGES POUR LES BANQUIERS :
    - Interdiction de tout type de sauvetage ou injection de capital à des entités bancaires et caisses d’épargne : les entités en difficulté doivent faire faillite ou être nationalisées pour constituer une banque publique sous contrôle social.
    - Remboursement transparent et immédiat par les banques de tout le capital public apporté.
    - Régulation des mouvements spéculatifs et sanction contre les mauvaises pratiques des banques. Interdiction des investissements dans les paradis fiscaux.
    - Tous les logements acquis par exécution hypothécaire seront destinés à loger, en régime de loyer social, les familles expulsées.
  1. FIN DES PRIVILÈGES POUR LES GRANDES FORTUNES : [Il suffirait d’appliquer aux 50 plus grandes fortunes les 5% de réduction de salaire imposées aux fonctionnaires pour que soit résolu le problème du déficit de l’Etat espagnol.]
    - Augmentation des taux d’imposition pour les grandes fortunes et entités bancaires, élimination des SICAV.
    - Non à l’élimination des droits de succession. Récupération de l’impôt sur les grandes fortunes.
    - Contrôle réel et effectif de la fraude fiscale et de la fuite de capitaux vers les paradis fiscaux.
    - Promotion au niveau international de l’adoption d’une taxe sur les transactions financières (taxe de type « Tobin »).
    - Avec l’application de ces 4 points, on obtient le budget nécessaire pour résoudre les 4 orientations qui suivent : l’argent ne manque pas, il est évident qu’il existe une disponibilité économique.
  1. SALAIRES DIGNES ET QUALITÉ DE VIE POUR TOUS :
    - L’économie au service des personnes, et non pas l’inverse. – Etablissement d’un salaire maximum ainsi que d’un minimum.
    - Réduction du temps de travail de manière à ce que tout le monde puisse penser et concilier sa vie personnelle avec sa vie professionnelle, sans réduction de salaire. Cette réduction permettra une répartition des tâches qui mettra fin au chômage structurel.
    - Annulation de la réforme des retraites.
    - Sécurité au travail : interdiction des licenciements collectifs ou pour raisons objectives dans les grandes entreprises tant qu’il y a des bénéfices, contrôle des grandes entreprises pour vérifier qu’elles ne couvrent pas des postes de travail avec des travailleurs temporaires, s’ils peuvent être fixes.
    - Reconnaissance du travail domestique, maternel/paternel et de soin.
  1. DROIT AU LOGEMENT :
    - Réquisition des logements vides qui ne se sont pas vendus pour augmenter le parc public de logement en régime de loyer social.
    - Déclaration des villes comme libres d’expulsion de logements.
    - Pénalisation des pratiques de mobbing (harcèlement immobilier).
    - Dation en paiement des logements pour annuler les crédits immobiliers, de manière rétroactive depuis le début de la crise.
    - Interdiction de la spéculation immobilière.
  1. SERVICES PUBLICS DE QUALITÉ :
    - Retrait des coupes prévues par le gouvernement catalan. Retrait des plans d’austérité et de coupe qui concernent les services publics à niveau étatique, européen et mondial.
    - Rétablissement des services qui ont déjà été réduits dans la santé et l’éducation.
    - Augmentation du personnel sanitaire et des infrastructures pour mettre fin aux listes d’attente.
    - Augmentation du nombre de professeurs pour garantir le ratio d’élèves par classe, les groupes de dédoublement et les groupes de soutien scolaire.
    - Garantir réellement l’égalité des chances pour l’accès à tous les niveaux d’éducation, indépendamment de l’origine socioéconomique. Destiner les fonds publics uniquement à l’éducation publique. École laïque et de qualité.
    - Financement public de la recherche pour garantir son indépendance.
    - Transport public abordable pour tout le monde, de qualité et écologiquement durable. – Services publics et gratuits d’assistance à l’enfance et aux personnes nécessitant des soins spéciaux.
    - Interdiction de la privatisation des services publics.
    - Soumettre à référendum notre appartenance à l’OTAN.

 

  1. LIBERTÉS ET DÉMOCRATIE PARTICIPATIVE :
    - Non au contrôle d’internet. Abolition de la loi Sinde (équivalent de la loi Hadopi).
    - Protection de la liberté d’information, du journalisme d’investigation et de son indépendance. – Elimination des obstacles légaux qui empêchent le droit d’émission des médias communautaires libres et sans but lucratif. Elimination des monopoles de facto des espaces radioélectriques.

 

Contexte International

Des Révolutions démocratiques…

 

 

 

 

 

 

 

Mars 2010. ISLANDE. Des milliers de manifestants obtiennent un référendum concernant le « sauvetage » d’une banque. Un processus constituant débute. En avril 2011, un nouveau référendum confirme la volonté d’adresser la facture de la crise à ceux qui l’ont provoquée.

Décembre 2010. TUNISIE. Des centaines de milliers de personnes manifestent et occupent l’espace public, obtenant la chute du régime dictatorial et amorçant un processus constituant. Mille deux cents personnes sont tuées dans cette lutte pour la démocratie et la liberté.

Janvier 2011. EGYPTE. Des millions de personnes manifestent et campent place Tahrir, mettant à bas le régime dictatorial. En mai, la place est à nouveau occupée par des dizaines de milliers de personnes estimant que le processus de démocratisation était freiné par le pouvoir. Plusieurs centaines de personnes ont été tuées depuis janvier 2011.

Mars 2011. PORTUGAL. Des centaines de milliers de personnes manifestent pour dénoncer les politiques d’austérité, obtenant la démission d’une partie du gouvernement.

Mai 2011. ESPAGNE. Des centaines de milliers de personnes campent sur les places, dont la Place Catalunya et la Place Puerta del Sol. Ils contestent la légitimité démocratique des politiques d’austérité. Ils organisent des assemblées générales pouvant rassembler jusqu’à 8000 personnes et campent autour du parlement.

Juin 2011. GRÈCE. Place Syntagme : des centaines de milliers de personnes campent autour du parlement, obtenant un référendum sur le plan de rigueur.

Juillet 2011. FRANCE. Rassemblement national des Indigné-e-s à Paris. Le campement à Bastille est évacué par la police.

Juillet 2011. ISRAEL. Des centaines de milliers de personnes manifestent et campent, tout d’abord contre le coût du logement, puis élaborent des revendications qui sont communiquées aux autorités.

Septembre 2011. ESPAGNE, ITALIE, GRECE, ISRAEL. Les mobilisations reprennent, rassemblant des milliers de personnes contre les plans d’austérité imposés par la « Troïka », FMI, Commission Européenne et Banque Centrale Européenne. Des grèves générales sont prévues et Espagne et en Italie.

 

Dans ce monde GOUVERNÉ PAR LES FLUX DE CAPITAUX, des foules d’hommes, de femmes, de travailleurs, de manifestants, de précaires s’arrêtent, se comptent et comprennent que LA DÉMOCRATIE RÉELLE EST L’ENJEU CENTRAL de ce monde en crise.

Qu’en serait-il de ces famines et misères, de la dette, des banques, de la guerre, de ces frontières devenues des murs, de ces médias tout acquis aux puissants, de notre terre vendue au plus offrant, de nos parlements soumis à l’argent roi SI ON OCCUPAIT LA RUE POUR EN DÉCIDER TOUS ENSEMBLE ?

Mouvement 15M (15 mai), à Madrid

                                    … Et Campement !

Nos actions en marche(s) et à venir…

En cours : Marche des Indigné-e-s. Les marcheurs viennent d’Espagne et du sud de la France et feront étape à Paris avant de reprendre leur route en direction de Bruxelles.

Itinéraire : http://www.marche-paris.fr/fr/itineraire.html

 

17 et 18 septembre 2011 : #17S

  • Arrivée de la marche des Indigné-e-s à Paris. La marche fera étape du 17 au 19 septembre. Un campement est prévu à Bastille.
  • Journée d’action mondiale contre les banques. Des actions sont prévues dans de nombreuses villes du monde (Bruxelles, Los Angeles, Madrid, Wall Street…)

 

Du 19 septembre au 8 octobre 2011 : poursuite de la marche en direction de Bruxelles.

 

Du 8 au 15 octobre 2011  à Bruxelles : #15.o

  –    Forum social mondial.

Le 15 octobre, Journée mondiale pour une révolution démocratique réelle, maintenant !

 

 

Journalistes, avec nous !

 

 

Temps forts du mouvement Démocratie Réelle Paris

19 mai 2011. Tout commence à Paris.

Devant le consulat espagnol, environ   200 personnes se rassemblent, solidaires des Indigné-e-s de la Puerta del Sol, et exigent également une Democracia Real, Ya ! En ce premier jour, beaucoup d’Espagnol-e-s et quelques français.

Au Trocadéro se met en place l’organisation du mouvement : travail par commissions et Assemblée Générale. Jusqu’à ce que les « forces de l’ordre » en condamnent l’accès le 29 mai, les réunions des commissions et les A.G se déroulent sur les marches de l’opéra Bastille, agora improvisée. Un stand permanent « Démocratie Réelle, Maintenant ! » est tenu du soir au matin.

Dimanche 22 mai : 500 personnes se regroupent sur la place Bastille.

Le soir-même, un premier campement est lancé par 40 à 50 Indigné-e-s. « J’y suis, j’y reste, je ne partirai pas ! ». Le 22, pas de CRS ! Mais ils se sont rattrapés depuis ! Les AG se succèdent, regroupant à chaque fois entre 300 et 400 personnes.

Les médias sont au rendez-vous, attirés par cet évènement (TF1, France2, France3 …). Le mouvement s’élargit. L’information circule, on s’indigne de plus en plus. Le mercredi 26 mai, un atelier enfants est mis en place. Ceux-ci réalisent des dessins exprimant leurs espoirs de changement : moins de voiture, et des parents ayant moins au travail.

Dimanche 29 mai : 3000 personnes rassemblées sur les marches de l’opéra Bastille, la moitié de la place est occupée.  Le soleil sourit aux manifestants, mais pas la police. En pleine AG, alors que le principe du campement vient d’être voté, les manifestants sont encerclés avant la fin de l’autorisation préfectorale. Leur dispersion est obtenue au moyen de gaz lacrymogènes.

Dès le lendemain, les militants opèrent un repli stratégique, boulevard Richard Lenoir, sur le terre-plein. Jusqu’à mi-juin les AG sont amples, de 400 à 500 personnes y participent. Pour beaucoup c’est la première expérience de lutte et de démocratie. Tout s’apprend, et parfois cela prend du temps.

 

Dimanche 19 juin, à l’occasion de la journée internationale du mouvement Démocratie Réelle Maintenant,  127 personnes sont arrêtées et 2 sont mises en gardes à vue. Toutes seront relâchées sans poursuites.

La manifestation partait de Jussieu, et se terminait par un pique-nique populaire à Hôtel de Ville. Sur place, les manifestants constatent qu’en dépit de l’accord préalable avec la Préfecture, le rassemblement est cantonné par les C.R.S. dans une rue où la visibilité est nulle.

Les manifestants se dispersent. L’assemblée générale est déplacée sur le parvis de Notre-Dame, interrompue par les interpellations qui ont lieu devant des touristes médusés. [1]

 

Jeudi 14 juillet. Nouvelle occupation de la Place de la Bastille, après une marche entre Belleville et la Bastille. Rencontre avec des Indigné-e-s de Bruxelles, Liège, Lille, Toulouse, Melun, Marseille, Barcelone, Bordeaux, Pau, … et de différents pays, USA, Islande, Colombie … La police tente une dispersion du rassemblement, mais un accord informel du Directeur de l’Opéra de Paris  permet l’occupation temporaire des marches de la Bastille.

 

Vendredi 15, samedi 16 et dimanche 17 Juillet. Campement à Bastille. La police accorde aux Indigné-e-s le droit de camper, suite à une décision en référé du juge des libertés. Contrairement au procès verbal, ni tente, ni duvet, ni bâche ne sont tolérés. Le campement est évacué par la police lorsque des bâches sont sorties afin de se protéger contre la pluie battante, que les manifestants affrontaient depuis plusieurs heures.

Au cours de l’été, plusieurs actions, notamment devant les ambassades de Grèce et d’Espagne où les parlements adoptent des politiques d’austérité malgré leur impopularité.

Les réflexions en groupe de travail se poursuivent, tout comme le préparation des deux grands événements de la rentrée : le 17 septembre à Paris et le 15 octobre à Bruxelles. Le mouvement acquiert maturité et reste ferme sur ses bases : mouvement horizontal, égalité et participation de chacun-e, actions non violentes, pour bâtir une société réellement démocratique.

Depuis sa naissance en France, une fois par semaine, se tient une Assemblée Générale (souvent dans les amphithéâtres dans le square Tino Rossi, près du Musée du Monde Arabe), et chaque soir, un ou plusieurs groupes de travail se rassemble sur la place publique, boulevard Richard Lenoir, près du Ministère de l’économie ou ailleurs…).

 

Un encerclement répressif constant.

Le mouvement Démocratie Réelle Maintenant fait face à une répression policière quasi-constante, dont la sévérité est proportionnelle au nombre de manifestants.

Il s’agit tout d’abord d’une surveillance permanente par les services des renseignements généraux, dont un véhicule est présent presque jour et nuit à la Bastille.

Si le rassemblement atteint quelques dizaines de personnes, les cars de CRS abondent et tout est prétexte pour nous e[2]mpêcher de circuler  les manifestants.

Si le rassemblement dépasse le millier de personnes, les gaz lacrymogènes et les violences répressives se font jour. Il peut s’agir d’interpellations sans motif juridique, pour lesquelles une procédure pour atteinte aux libertés individuelles est en cours devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme. Cette action recense les abus ayant eu lieu dans les différents pays d’Europe.

Cette répression a été documentée (films, photos, témoignages) de différentes façons, ce qui permet à la fois de protéger les manifestants au cours de l’action, mais aussi d’attester les faits devant les juridictions compétentes. En voici quelques exemples, par ordre chronologique.

 

« Les gouvernements veulent faire taire le mouvement des Indigné-e-s »

http://actualutte.info/?p=4584

Le 29 mai : http://www.youtube.com/watch?v=cygEVXzhnnU

Répression policière, le 18 juin, Lyon.

 

15 juin à Athènes :

http://www.jeunesseinsoumise.com/2011/06/actu-repression-policiere-contre-les.html

 

Le 19 juin :

http://www.jeunesseinsoumise.com/2011/06/zoom-repression-contre-les-indignes.html

 

Le 17 juillet 2011, Les bâches : http://paris.reelledemocratie.fr/node/320

à Barcelone :

http://www.jeunesseinsoumise.com/2011/06/actu-repression-policiere-contre-les.html

 

à Montpellier :

http://www.jeunesseinsoumise.com/2011/06/actu-repression-policiere-contre-les.html

 

… Et ce témoignage d’un citoyen qui n’avait rien d’autre à se « reprocher » que de tenter de se rendre dans un rassemblement pacifique pour échanger des propos sur notre société.

 

« (…) des personnes avec des talkie-walkie sont arrivées et nous ont barré la route.

L’un d’eux a exigé de voir mes papiers d’identité. (…) J’ai demandé la raison de ce contrôle d’identité mais personne ne m’a communiqué de motif. (…) La personne qui tenait mon passeport a dit sans aucune formalité : « on l’embarque ».

Lorsque nous avons demandé pour quel motif je devais  le suivre, ce policier en civil m’a répondu qu’il me le dira à moi seul, plus tard. A aucun moment, ces agents ne se sont présentés, ni ont précisé de quel service de police ils étaient. »

 

Ou celui d’un autre, arrêté lors d’un rassemblement sur la place publique.

 

« Nous étions assis par terre, nous tenant par les bras, résistant sans violence. Les CRS nous emmenaient dans les bus. Apparemment, comme il y avait beaucoup de monde et de nombreux touristes, ils n’employaient aucune violence. Mais ils n’arrêtaient pas ces petits gestes invisibles pour ceux qui n’étaient pas tout près : petit coup de genou par là, petit coup de coude ou torsion par là… »

 

Démocratie Réelle, Maintenant ! Et les médias.
Revue de Presse.

 

Voici une revue presse recensant certains articles parus depuis le mois de juillet 2011.

On note que l’angle choisi pour les articles est rarement celui des indigné-e-s  en soi, mais qu’il s’agit d’un thème récurrent dans la presse. On les évoque souvent à l’occasion d’un article d’économie ou de politique. Le vocable indigné-e-s est utilisé pour désigner de nombreuses formes de contestation.

Le mouvement Démocratie Réelle, Maintenant ! est souvent évoqué à l’occasion d’un article d’économie, notamment concernant la dette. Les articles relatent le large soutien populaire tout en utilisant le cadre d’analyse monétariste pour expliciter la question économique…
Du 22 juillet au 3 août.

Voici la couverture presse classique et celle d’ Elwatan, dit média indépendant pour comparer.

http://www.liberation.fr/economie/01012350153-a-athenes-la-crise-a-tous-les-etages

http://www.liberation.fr/economie/01012350162-en-espagne-les-indignes-jouent-la-proximite

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jzyH9EcmtH9OlZ-JKurZqi8mEJ-Q?

http://fr.euronews.net/2011/07/21/espagne-indignation-face-a-l-expulsion-d-une-famille-endettee/

http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/monde/crise-de-la-dette-paris-et-berlin-tatonnent-jusqu-au-sommet-21-07-2011-1376764.php

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/a-athenes-un-miroir-de-la-mondialisation-place-syntagma-20-07-2011-1539502.php

http://www.elwatan.com/entretien/pedro-costa-morata-36-des-indignes-appartiennent-a-la-gauche-dirigeante-23-07-2011-133670_121.php

http://www.elwatan.com/reportage/les-indignes-refusent-le-pacte-de-l-euro-21-07-2011-133447_117.php

Concernant la couverture presse de l’extension du mouvement, deux nouveaux « spots » sont relayés par la presse : aux Etats Unis et en Israël.

http://clesnes.blog.lemonde.fr/2011/07/20/indignes-dans-le-wisconsin/

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-orient/israel-la-grogne-de…

http://www.lepoint.fr/monde/israel-tient-ses-indignes-20-07-2011-1354681_24.php

 

Les indigné-e-s, faute d’avoir été relayés avec rigueur par les chaînes TV,
ont maintenant une télévision : https://www.indignez-vous.be/videos/webtv

 

Le mouvement en France. Le Monde Diplomatique du mois de juillet est presque dédié au mouvement européen avec quelques articles de fond (version papier).

Portrait d’une indignée dans le Nouvel Observateur (version papier)

http://www.pressenza.com/npermalink/les-indignes-de-paris-reprennent-la-bastille-le-14-juillet

http://www.monde-diplomatique.fr/2011/07/HALIMI/20760

http://www.monde-diplomatique.fr/2011/07/KOUTSIS/20756

http://www.monde-diplomatique.fr/2011/07/GUILLEN/20797

http://www.monde-diplomatique.fr/2011/07/ROUSSEAU/20762

 

Du 3 au 15 août 2011.

La marche européenne vers Bruxelles.

http://www.lemonde.fr/europe/article/2011/07/24/plusieurs-milliers-d-ind…

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/a-pied-a-travers-l-espagn…

http://www.courrierinternational.com/article/2011/07/29/les-indignes-a-l…

 

 

Des actions dans différentes villes de France.

http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/nous-exigeons-la-democratie-r…

http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/les-indignes-chantent-contre-…

http://www.sudouest.fr/2011/06/07/les-indignes-veulent-changer-les-chose…

 

Les banques commenceraient à comprendre le message.

http://www.acturank.com/article7494.html

http://www.lemonde.fr/economie/article/2011/07/29/l-espagnole-banco-sant…

 

Même Zapatero anticipe les élections en réponse aux Indigné-e-s. http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/espagne-zapatero-annonce-d…

 

Un article de 9 pages dans Technikart (version papier) !

Un très bel article dans un blog du Diplo !

http://alencontre.org/?p=3351

http://blog.mondediplo.net/2011-07-30-Infatigable-Republique-du-Soleil

 

Le vent tournerait-il ? 

La répression reste pourtant toujours d’actualité.

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/grece-le-camp-des-indigne…

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jJFM9bbQA-uJv_sBhairAgoy-Hsw?docId=CNG.289ddba94fbb3b7846c6136ff12bab9d.191

http://www.leparisien.fr/economie/espagne-les-indignes-de-retour-a-madrid-24-07-2011-1543421.php

http://www.lematin.ch/actu/monde/les-%C2%ABindignes%C2%BB-espagnols-de-retour-la-puerta-del-sol-madrid

http://www.lemonde.fr/europe/article/2011/07/24/les-indignes-espagnols-de-retour-sur-la-puerta-del-sol_1552295_3214.html

http://mcetv.fr/mon-mag/2407-les-indignes-espagnols-re-squattent-la-place-puerta-del-sol

http://www.romandie.com/news/n/_Les_indignes_venus_de_toute_l_Espagne_convergent_vers_Madrid220720111607.asp

http://pressenza.com/npermalink/23-juillet-2011-plus-de-500-marcheurs-indignes-se-deplacent-vers-madrid

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/que-deviennent-les-indignes-espagnols_1014338.html

http://fr.euronews.net/2011/07/24/des-dizaines-de-milliers-d-indignes-a-madrid/

 

Du 15 au 31 août 2001.

De la polémique Indigné-e-s / JMJ…. A noter une faible couverture des répressions policières.

http://levif.rnews.be/fr/news/actualite/international/madrid-quand-les-indignes-se-heurtent-aux-jeunes-catholiques/article-1195084634551.htm

http://www.lepoint.fr/monde/jmj-benoit-xvi-la-nouvelle-cible-des-indignes-espagnols-16-08-2011-1363079_24.php

http://www.charentelibre.fr/2011/08/17/exit-les-indignes-les-jeunes-catholiques-prennent-madrid,1050293.php

http://www.atlasinfo.fr/A-Madrid-les-indignes-anti-JMJ-matraques_a19856.html

http://www.lavie.fr/une/indignites-et-indignations-au-coeur-de-la-priere-19-08-2011-19197_2.php

http://www.la-croix.com/Religion/S-informer/Actualite/P.-Ignacio-Sexma-Les-manifestants-ne-sont-pas-issus-du-mouvement-des-indignes-_NG_-2011-08-20-701000

 

Articles d’analyse :

http://www.humanite.fr/monde/ivan-olmedo-la-voix-des-indignados-477777

http://www.marianne2.fr/Indignes-citoyens-vs-politiciens-sourds-et-aveugles-_a209555.html

 

Presse internet indépendante :

http://www.cafebabel.fr/article/38414/european-revolution-trois-mois-ou-vont-indignes.html

http://www.lepost.fr/article/2011/08/26/2575950_communique-des-indignes-…

 

Le vocable « indigné » : entre banalisation et identification à différentes formes de résistances et de luttes.

http://www.eurosport.fr/euro-visions_blog152/les-indignes-de-la-liga-disent-stop_post1521035/blogpostfull.shtml

http://www.charentelibre.fr/2011/08/18/mega-riches-indignes-et-lucides,1050559.php

http://www.linfo.re/-Societe-/Ecole-La-Saline-Les-Bains-parents-indignes-contre-la-surcharge-des-classes

http://www.ladepeche.fr/article/2011/08/24/1152071-des-penseurs-libres-e…

 

Des Indigné-e-s toujours assimilés aux « jeunes ».

http://www.france-info.com/chroniques-france-allemagne-regards-croises-2011-08-20-optimisme-allemand-contre-crainte-de-l-avenir-en-france-556548-81-536.html

 

Les politiques s’adressent aux Indigné-e-s.

http://www.streetpress.com/sujet/7475-a-grenoble-melenchon-attend-les-indignes-en-france-pour-2012

http://www.lepost.fr/article/2011/08/29/2577911_indignes-ne-vous-resigne…

 

Les marches bénéficient d’une bonne couverture par la presse locale (quasiment un article par jour, parfois même deux ou trois!). Certains articles vont même jusqu’à relayer les rendez-vous et les contacts.

http://www.sudouest.fr/2011/08/18/los-indignados-font-etape-a-bayonne-476911-3350.php

http://www.sudouest.fr/2011/08/15/les-indignes-en-marche-474628-4018.php

http://www.ladepeche.fr/article/2011/08/16/1147151-les-indignes-sous-le-soleil.html

http://www.lepopulaire.fr/editions_locales/bellac/les_indignes_font_etape_en_limousin@CARGNjFdJSsBHxwACxw-.html

http://www.sudouest.fr/2011/08/17/les-indignes-attendus-a-bayonne-476722-4018.php

http://www.sudouest.fr/2011/08/18/les-indignes-de-madrid-attendus-dans-les-landes-477487-3452.php

http://www.sudouest.fr/2011/08/18/bayonne-les-indignes-n-ont-pas-campe-ni-decampe-477423-4018.php

http://www.lindependant.fr/2011/08/20/les-indignes-de-durban-a-narbonne,52996.php

http://www.la-croix.com/Religion/S-informer/Actualite/P.-Ignacio-Sexma-Les-manifestants-ne-sont-pas-issus-du-mouvement-des-indignes-_NG_-2011-08-20-701000

http://www.midilibre.fr/2011/08/21/les-indignes-qui-marchent-sur-bruxelles-ont-fait-halte-ici,375007.php

http://www.sudouest.fr/2011/08/22/l-escale-des-indignes-479482-3350.php

http://www.lindependant.fr/2011/08/23/indignes-de-tous-les-pays-unissez-vous,53863.php

http://www.midilibre.fr/2011/08/25/les-indignes-interpellent-lunel,377152.php

http://www.sudouest.fr/2011/08/27/deux-soirs-d-indignes-483984-3418.php

 

***

 

 

Contacts : prensa.acampada.paris@gmail.com

relationpresse@paris.reelledemocratie.fr

Tél presse espagnole : Isabelle (06 25 17 77 72)

Tél presse francophone : Marie-Ange (06 21 89 91 96)

 

twitter : @acampada #frenchrevolution

facebook : démocratie réelle paris (page officielle)

htpp://www.paris.reelledemocratie.fr

 

 

 

[1] Photos, de haut en bas : Paris, le 19 juin à Notre-Dame puis deux clichés pris le 29 mai place de la Bastille.

[2] Clichés pris à Paris, le 14 juillet

 

#marchestobrussels

Designed by WPSHOWER

Powered by WordPress