61e étape PARIS 22S

Source: Roadtobrussels

Après une nuit très difficile sur la Place de la Bourse sans aucun équipement et le minimum de matériel, les marcheurs se sont réveillés en musique. Deux musiciens sont venus animer la place et redonner le sourire aux indignés.
Malgré la présence de la police sur la place, une assemblée a pu se tenir sur la place. Le choix d’un nouveau lieu pour installer le campement, et la suite des actions dans la capitale ont été discutés. Saint-Denis semblait être un lieu offrant de nombreux avantages et les marcheurs se sont mis d’accord pour se mettre en route vers la Basilique.
Le manque d’information sur le sort des onze personnes interpellées la veille préoccupait toujours tous les marcheurs. Difficile de dresser la liste complète des camarades incarcérés, la seule information fiable était qu’il s’agissait de dix personnes de nationalité Française et d’une de nationalité Venezuelienne.
Un groupe d’indignés est parti devant le commissariat du 18e arrondissement pour soutenir les compagnons incarcérés depuis la veille. A l’aide d’un mégaphone, une vingtaine de personnes ont pu crier des messages de soutien et des conseils juridiques. Le groupe a assisté impuissant au départ des onze pour leur transfert vers le palais de justice pour une comparution immédiate. Après quelques recherches entre avocats et forces de l’ordre, les indignés ont pu apprendre que la comparution immédiate aurait lieu le lendemain dans la matinée. Il est très difficile de préparer une défense solide avec si peu de temps. La volonté de briser la marche continue, la justice devient elle aussi une arme au service de l’état et non au service du citoyen.
Le reste des marcheurs  s’était dirigé vers la Basilique de Saint-Denis. La municipalité semblait vouloir accueillir la marche les bras ouverts, et chacun se voyait ravi de partir vers un lieu portant une tradition de lutte sociale.
Les illusions sont restées de courte durée, et les marcheurs ont très rapidement reçu la visite de policiers leur signifiant qu’ils ne pouvaient pas s’installer sur la place. Une solution de repli dans Saint-Denis a rapidement été trouvée et tous ont trouvés refuge au sein d’un immeuble occupé par des artistes, offrant espace, douche et électricité pour y passer la nuit. Ce site remarquable offre la possibilité à de nombreux artistes de pouvoir créer et échanger sur place. Photo, vidéo, arts plastiques, danse, musique… un mélange délicieux entre culture et indignation.

#marchestobrussels

Designed by WPSHOWER

Powered by WordPress