Lille reçoit aujourd’hui les Indignés espagnols en route vers Bruxelles

Source: La Voix du nord

Ils s’étaient inspirés des actions des Indignés espagnols pour lancer un mouvement à Lille, en juin. Mais aujourd’hui, ce sont les Espagnols qui seront reçus par les Indignés lillois. Une visite activement préparée par Cédric et Stanislas, deux jeunes militants.

Cédric et Stanislas se préparent à l’accueil d’autres Indignés, aujourd’hui. PHOTO PIERRE LE MASSON

> Qu’est devenu le mouvement des Indignés lillois depuis fin juin ?

Cédric : « C’est vrai que les Indignés de Lille ont été très mobilisés en juin. Je les ai rejoints début juin. En passant devant la place Richebé, j’ai reconnu des SDF que je connaissais bien, donc j’ai été voir ce qu’il se passait, avant d’y dormir plusieurs nuits, sans tente. Ça a été vraiment une période mémorable, avec des rencontres inimaginables. Puis, pendant les vacances d’été, chacun est retourné à ses quartiers. Mais nous sommes restés un noyau dur d’une dizaine de personnes à continuer à nous réunir pour que le mouvement ne meure pas et pour réfléchir à ce qu’on ferait en septembre. On continuait à suivre ce qu’il se passait en Espagne. »

 

> Notamment le départ des marches internationales depuis Barcelone ou Madrid jusqu’à Bruxelles ?

Stanislas : « Trois marches internationales sont en effet parties d’Espagne fin juillet. Plus précisément de Madrid, Valence et Barcelone. Elles devraient arriver à Bruxelles le 8 octobre, avant la journée de mobilisation internationale du 15 octobre devant le Parlement européen. Les marcheurs sont arrivés à Paris le 17 septembre. Le même jour, les marches américaines arrivaient à Wall Street. Les événements de Paris, il fallait y être pour le vivre. Beaucoup d’émotions, des rencontres inoubliables, malgré les répressions policières. On espère d’ailleurs qu’il n’y aura pas de heurts avec les forces de l’ordre à Lille, lorsque nous accueillerons les marcheurs en fin d’après-midi ce lundi. On n’est pourtant pas des terroristes, juste un mouvement pacifiste. »

 

> Qu’est-ce qui a amené les Indignés espagnols à faire une halte à Lille ?

Cédric : « Les trois marches adaptent leurs itinéraires en fonction des points de chute possibles. On a donc contacté les Indignés espagnols il y a une quinzaine de jours pour leur proposer de s’arrêter à Lille. Nous recevrons donc les marcheurs de Madrid qui ont été rejoints par des Toulousains.

Ils devraient être près de soixante-dix. Une vingtaine de marcheurs de Barcelone devraient également être reçus près de Valenciennes. Nous avions adressé une lettre ouverte aux maires de Lille Métropole pour avoir une salle, en cas de pluie, ou pour pouvoir stocker des affaires. La mairie de Lille a accepté de nous prêter la cave des Célestines, près de la Halle aux sucres. Quant à la préfecture, elle nous a autorisés à nous rassembler place Richebé, où une assemblée populaire devrait avoir lieu à partir de 19 h. »

Stanislas : « Comme à chaque fois qu’on se rassemble, on installera autour de la place Richebé des cartons, sur lesquels on inscrit des chiffres marquants, comme l’augmentation de 120 % du prix des pâtes. Cela permet d’interpeller les gens et de susciter des discussions dans la rue, des plus petits aux plus grands sujets. De la corruption au pouvoir d’achat, les sujets d’indignation ne manquent pas. On veut que les gens se réapproprient la rue.

Il y a trop de gens dépolitisés, cela m’inquiète. »

#marchestobrussels

Designed by WPSHOWER

Powered by WordPress